Brave of Elysea

Une plaine vide, fera le sanctum de demain ou humains et Krytaens vivront enfin en paix...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ayalee Orochi

Aller en bas 
AuteurMessage
Mileenah

avatar

Messages : 56
Date d'inscription : 09/01/2010

MessageSujet: Ayalee Orochi   Sam 9 Jan - 18:23

D'aussi loin que je me souvienne, je n'ai jamais connu mes parents... Mes souvenirs commencent tous à mon septième anniversaire mais je m'en rappelle encore parfaitement, à croire que tout cela s'est produit hier...

Il faisait froid, froid et sombre... La pluie me glaçait les os, le vent me fouettait au visage pourtant je ne tremblais pas... Ni de froid ni de peur face aux cinq Worgs monstrueux qui m'encerclaient. Leurs yeux brillants dans l'obscurité de la caverne, leurs crocs acérés que laissaient apparaître leurs babines retroussées, leurs grognements graves et longs... Rien de tout ça ne m'inquiétait, j'attendais... Soudain l'un deux restés en retrait poussa un long et terrifiant hurlement. C'était mon signal. Dans un élan coordonné, les quatre molosses fondirent sur moi alors que le cinquième semblait se repaitre du spectacle. Mais c'était mal me connaître...

Je n'avais pour toute arme qu'une simple lance, à peine plus grande que moi, mais elle me suffisait. Depuis deux ans elle était ma plus fidèle compagne dans ce monde barbare et cruel, dans ce monde à la douceur et la gentillesse ne signifiait rien, elle avait toujours été ma seule alliée. D'un coup sec, je transperçai la gorge du loup le plus proche, le ramenant vivement contre moi afin qu'il me serve de bouclier. La moindre seconde d'hésitation, la moindre erreur m'aurait été fatale car je sentis à l'instant même les crocs de ses congénères se planter dans la fourrure encore chaude.

Manquant de force pour les soulever tous les trois j'attendis calmement qu'ils lâchent prise. A peine l'un d'entre eux avait-il atteint le sol que je jetais le cadavre en direction du chef de meute. Celui esquiva et grogna sa colère mais ne bougea pas d'un pouce. J'avais vu juste, les chefs Worgs ont une certaine notion de la loyauté. Les trois autres distraits par mon lancer, j'en profitais pour saisir ma lance à deux mains et d'un seul mouvement circulaire, d'un seul... Je les égorgeais tous trois, restant seule, haletante face à celui que l'on connaissait sous le nom de Balafre...

Il me regardait de ses yeux jaunes et luisants, mais avec un calme et une tenue dignes d'un roi, dignes du souverain qu'il était... Il m'attendait... J'avançais lentement vars lui, puis accélérais mes foulées au fur et à mesure que j'approchais de lui. Il resta immobile. Même lorsque je pris mon élan pour un saut que j'espérais lui être fatal, il resta là, sans bouger. Ma lance fendit l'air humide de la caverne mais n'atteignit pas sa cible. D'un puissant coup de patte, il m'expédia sur la paroi de la grotte qui faisait face à ce qui semblait être son trône. Le craquement que j'entendis à ce moment expliquait très bien pourquoi j'étais dans l'incapacité de me relever.

Je crus un moment voir un sourire de dessiner sur ses babines mais les animaux sont dénués d'émotion, chacun le sait... Il se rua sur moi et j'eus à peine le temps de pousser mes frêles jambes en avant pour contenir son poids et freiner l'attaque de cette mâchoire béante et hérissée de crocs saillants qui tentait de m'arracher le visage. Le monstre était lourd, son haleine puante m'étouffait et je faiblissais sous la douleur de mes os brisés. Je tentais d'atteindre ma lance mais en vain...

Les larmes se mirent alors à couler le long de mes joues, des larmes de haine mais aussi des larmes de peur... Je ne voulais pas mourir, j'avais peur de partir... La crainte donne des ailes dit-on... Elle me donna des crocs... Dans un hurlement de rage, je plantais mes doigts dans ses globes oculaires, lui arrachant un cri strident de bête blessée. Balafre roula au sol, premier surpris de ce revirement de situation. Je m'élançai sur lui, les larmes brouillant ma vision, mon cri long m'assourdissant moi-même, je plantai mes dents dans sa gorge et serrai de toutes mes forces. Ses griffes me lacéraient les chairs mais je ne lâchai pas prise. Ce n'est que lorsque je sentis un flot chaud et épais m'emplir la bouche que j'ouvris les yeux. Le Roi Balafre convulsait devant moi. Je relevai lentement la tête et l'observai, tremblante mais fascinée. Même au seuil de la mort, sa prestance demeurait intacte. La fourrure blanche qui recouvrait son poitrail se teintait peu à peu de rouge cramoisi, la veine jugulaire tranchée par mes coups de dents, le Roi s'éteignit...

Je n'eus pas le courage de mutiler plus encore un tel adversaire, de plus j'étais épuisée, physiquement autant que moralement et dans une dernière crise de larmes, je me couchais sur la bête, mes mains enfouies dans sa fourrure si douce et si chaleureuse, certaine que les autres loups n'attaqueraient plus, je m'assoupis blottie contre la dépouille chaude de celui qui avait fait de moi une guerrière d'élite à part entière... Je n'avais que sept ans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ayalee Orochi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brave of Elysea :: Les Portes du Havre :: Registre-
Sauter vers: